Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 15:27

Nom de d'là comme le temps file ! C'est terrible.

 

La petite première a été suivie. Et bien suivie. Quand je vous disais que les p'tits hollandais seraient moins timides cette année. Allons-y pour le crescendo : 10 fleurs puis 13 puis 76 puis 126 puis 209 puis...1 400 !!! LE point d'orgue de cette semaine. L'après-midi à émonder.

L'an passé le pic s'était laborieusement élevé à 141. L'année et l'année 2 n'ont définitivement rien à voir. Quand on vous dit que ça se multiplie ces wagnions...

 

 

Faut que vous voyiez ça...

 

Recolte-2011-017.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recolte-2011-020.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon normalement faut se débrouiller pour tout ramasser fleurs fermées. Sinon le pollen se dépose sur les filaments et les ultras violets peuvent les dégrader et c'est pas bien. Faut voir les bourdons qui s'éclatent là dedans et qui font quand même plaisir à voir ! Là je les ai laissées s'ouvrir aussi pour la photo.

 

Alors là c'est le moment où jamais d'expliquer aux gens qui ne sont pas informés du "comment kon fait du safran".

Le tout en toute modestie, je ne fais que répéter ce qu'on m'a dit de faire. Mais il existe sûrement d'autres façons et d'autres petites techniques propres à chacun(e), même si sur le fond, les différences ne sont pas si énormes...


Une fois la récolte effectuée, on regagne son logis avec la mère "Patience", qui comme chacun sait, vaut mieux que la Force ou la Rage (même si des fois un bon coup de gueule ça fait du bien).

 

Voici venu le temps des rires et des chants et plus sérieusement de l'EMONDAGE : l'opération manuelle qui consiste à prélever le stigmate de la fleur ou encore les 3 filaments rouges bien distincts sur la photo du dessus. Pour ce faire on fait rouler la fleur par la tige en l'écrasant un peu (ben oui je sais c'est un peu dommage mais bon... notre espèce est définitivement prédatrice et puis de toute façon la durée de vie de la fleur est limitée à 48 heures donc pas de remord). Suite de quoi les 3 filaments pendent lamentablement sur le côté et là CLAC ! un bon coup de coupe-fil à l'endroit où le rouge prévaut. Si vous voyez des filaments de safran séchés avec du jaune, c'est que c'est mal émondé. Le jaune fait du poids mais n'a aucune saveur.

A noter qu'avec des fleurs ouvertes c'est plus rapide, on y va direct. CLAC ! et on n'en parle plus. 

 

Ici opération "émondage" dans l'épanouissement le plus complet...

 

emondage

Ca donne ça donc...Recolte-2011-012.jpgEnsuite vient un moment très important : le SECHAGE. Pour ma part j'ai opté à peu de frais (10 € en vide grenier) pour un mini four neuf que je n'utilise que pour le safran. Pas de mélange avec des vapeurs de graisse de roti de porc donc. Je choisis un séchage à 50-60 degrés pendant 30 à 40 minutes selon la quantité. Pendant le séchage le poids des filaments doit être divisé par 5, mais c'est au toucher, du bout des doigts qu'on se rend compte s'il est bien sec ou pas. Prudence ! Il peut rester des zones moins sèches...

Au final on doit se retrouver avec de petits filaments cassants et qui ont conservé leur belle couleur rouge.

En matière de séchage il y a aussi plusieurs écoles : les partisans du séchage court mais dense (dont je suis), les adeptes du déshydrateur à pollen et même les favorables au dépot sur radiateur ou sur poële. On dit que la saveur du safran dépend très directement du mode de séchage. Plus long et à température basse, il acquière un goût un peu poivré.  Pareil pour un safran un peu vieux, il se poivre et sa couleur se fonce. C'est généralement le lot du safran des pauvres flacons en plastique qu'on trouve en supermarché : exposé à la lumière et recolté on ne sait quand. 

 

Ensuite vient l'AFFINAGE: on laisse sa récolte tranquille pendant 6 à 8 semaines, dans le noir (mais ça toujours), dans un endroit sec et dans un récipient qui respire. Et c'est seulement à partir de là qu'on peut utiliser l'appellation "safran".

 

Après le pic des 1400, la floraison a chuté (3 le lendemain) puis repart tranquillou. Et nul ne sait si ça va aller re-crescendo et si oui dans quelle proportion.

 

A suivre... La suite des aventures sur la parcelle 2011 : car point encore de fleurs de ce côté-là. Vous vous souvenez ? Les 6 700 plantés cette année ?

 

Quoi qu'il en soit : se laisser mener par le bout du nez par ces petites fleurs a quelque chose de réellement charmant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laptitesafranieredanjou
commenter cet article

commentaires

Le But Du Blog...

  • : Le blog de La p'tite Safranière d'Anjou
  • Le blog de La p'tite Safranière d'Anjou
  • : Récit au fil du temps et sans concession de la production de safran
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Sandrine MAZUEL - BRISSARTHE (49)
  • Aime le bon vin, les gens (mais pas tous), Desproges, les Monty Python. Pas tjrs bien embouchée. Pessimiste sur l'avenir de l'espèce humaine, notamment sa capacité d'intelligence et d'humanité. Réfugiée rurale pr profiter des derniers oiseaux.
  • Aime le bon vin, les gens (mais pas tous), Desproges, les Monty Python. Pas tjrs bien embouchée. Pessimiste sur l'avenir de l'espèce humaine, notamment sa capacité d'intelligence et d'humanité. Réfugiée rurale pr profiter des derniers oiseaux.

Vous voulez vous lancer dans la production de safran ? Alors ce blog s'adresse directement à vous en vous présentant la "mariée telle qu'elle est"... Ni photoshoppée, ni fantasmée.

 

Un léger contraste avec le joli conte de fées présenté par les médias et certain(e)s safranier(e)s en somme...

 

Pour me contacter...

 

Vous pouvez utiliser l'adresse ci-dessous :

laptitesafranieredanjou@hotmail.fr